En conflit ouvert avec la FFRIM via sa commission de recours, à nouveau épinglée pour sa décision « illégale », le FC Oasis Tevragh Zeïna passe à la vitesse supérieure. La direction du club adressera, ce lundi 28 Mai, des courriers au président de la République, au Premier ministre, au ministre de la Jeunesse et des Sports et au président de la FFRIM, pour leur faire part de « l’injustice dont elle est victime » et exigeant le rétablissement du droit.

 « Nous préférons, dans un premier temps, privilégier la solution locale. Mais, en cas d’insatisfaction, nous allons saisir, avec notre avocat, le Tribunal arbitral du sport », a annoncé Sidi Dah Imijine, le président du club. Recalé aux play-offs pour la montée en première division, le FC Oasis ne décolère pas. Lors d’une conférence de presse tenue, ce dimanche, dans un réceptif hôtelier de Nouakchott, Sidi Dah Imijine s’est insurgé contre la décision, « inique et injuste », de la commission de recours à l’encontre de son club. « Cette commission dont nous ignorons la composition des membres s’est penchée sur notre dossier sans nous interroger, sans prendre la version du joueur impliqué et s’est basée sur une licence falsifiée, pour nous arracher trois points et les octroyer, de façon illégale, à l’Espérance Dar Naïm ! Tout cela dans le but de faire monter l’AS Armée. […] Aucune preuve accablante à notre endroit n’a été étalée », déplore-t-il. « Le joueur impliqué ne figure sur aucune feuille de match de l’ACS Ksar ! Il n’y aura donc eu aucune enquête approfondie ? », s’interroge, dubitatif, le président du FC Oasis Tevragh Zeïna.

 Revenant à la charge, Sidi tient à démontrer les faiblesses de ladite commission : « Conformément au règlement, en cas de fraude sur l’identité du joueur ou de double licence, il est prévu que l’équipe fautive perd, sur tapis vert, toutes les rencontres auxquelles le joueur fautif a eu à prendre part et, éventuellement, une rétrogradation en division inférieure. Or Thewban a disputé tous nos matchs. On ne nous a amputés que de trois points », se désole-t-il.  « C’est une entorse au règlement », renchérit  Ndiaga Wade, l’entraîneur du club. « Nous ne comprenons plus où va notre football. Nous nous investissons, quotidiennement, à éduquer, encadrer des jeunes et à les rendre performants. Mais, dès que nous atteignons l’objectif, on nous l’enlève, d’un coup de baguette magique. Vaut mieux se reposer et faire autre chose ! Parce qu’on ne va nulle part, avec ça ! », se lamente Wade.

 Au centre du contentieux, Thewban a révélé avoir passé des tests, non concluants, au Ksar où il n’a jamais eu à disputer le moindre match officiel. Je n’ai pas été retenu », informe-t-il. Ould Sghaïr se dit peiné par cette mesure qui compromet sérieusement sa carrière : « Je ne sais plus quoi faire. C’est une décision injuste à mon égard. Je n’ai rien fait. Et quelles suites ? Je ne connais que le foot, ma passion, ma vie. Maintenant, je n’ai plus d’avenir », peste-t-il.

 Pour rappel, par décision(n°002-2018), en date du 10 mai  2018, et signé par son président Mohamed Maatalla, ladite commission a procédé pele mêle à  l’annulation de la licence du joueur Thewban Sghayer mais aussi de sa suspension pour 18 mois. La commission a procédé à  l’interdiction pour trois mois du secrétaire général de FC Oasis d’exercer toute activité relative au football. L’instance de recours a attribué à l’Espérance de Dar Naïm par pénalité le gain du match contre FC Oasis par 3 buts à 0 comptant pour la sixième journée du championnat de la Super D2. Et d’infliger une amende de 10.000ouguiyas (MRU) à FC Oasis Tevragh Zeïna.

Interdiction formelle de reprise de cet article sans la mention: www.rimsport.net

©Tous droits réservés